Place Publique

Place Publique
Date de sortie 22 Aout 2018 (1h 38min)

 

Genre Comédie
Nationalité français

 

Castro, autrefois star du petit écran, est à présent un animateur sur le déclin. Aujourd’hui, son chauffeur, Manu, le conduit à la pendaison de crémaillère de sa productrice et amie de longue date, Nathalie, qui a emménagé dans une belle maison près de Paris. Hélène, sœur de Nathalie et ex-femme de Castro, est elle aussi invitée. Quand ils étaient jeunes, ils partageaient les mêmes idéaux mais le succès a converti Castro au pragmatisme (ou plutôt au cynisme) tandis qu’Hélène est restée fidèle à ses convictions.
Leur fille, Nina, qui a écrit un livre librement inspiré de la vie de ses parents, se joint à eux.
Alors que Castro assiste, impuissant, à la chute inexorable de son audimat, Hélène tente désespérément d’imposer dans son émission une réfugiée afghane. Pendant ce temps, la fête bat son plein…

Depuis le multi-césarisé Le goût des autres qu’elle réalise en 2000 et qu’elle co-écrit avec Jean-Pierre Bacri, son complice de toujours, Agnès Jaoui fertilise sans faillir le paysage du cinéma français de son humour grinçant et désabusé. Leur capacité commune à observer et à disséquer les comportements de leur semblables donne à chacune de leurs œuvres une dimension humaine dans laquelle chacun peut se reconnaître. Cinq ans après Au bout du conte , ils repartent avec une énergie qui ne faiblit pas sur les traces de deux amis dont les idéaux se sont délités dans la recherche de la gloire et le goût du pouvoir sur fond de temps qui passe, de choc générationnel, de confrontations sociales et d’immigration.

C’en est fini de l’agora de la Grèce Antique. Aujourd’hui, un jardin privé relié aux technologies modernes fait office de lieu de rassemblement social, politique et économique. Sont ainsi rassemblés à quelques encablures de Paris dans une magnifique maison de campagne appartenant à une amie de Castro (impeccable Léa Drucker dans la peau de cette productrice qui vit le téléphone vissé à l’oreille et dont la silhouette frêle et la blondeur diaphane tranchent sans scrupules avec un cynisme totalement assumé), quelques beaux spécimens de Parisiens prétentieux opposés à la populace du coin ; pendant qu’un jeune youtubeur (Yvick Letexier, alias Mister V) trop sûr de lui, démocratise l’accès à la célébrité et ringardise un animateur télé qui se croyait pourtant indéboulonnable.

JPEG - 105.7 ko
 

S’ils s’invitent à la fête, Jaoui (elle anime de sa pétulance coutumière cette désormais quinquagénaire arrivée au bout de ses combats humanitaires) et Bacri (affublé d’une perruque et les yeux éternellement cachés derrière ses lunettes noires, épousant avec maestria toutes les postures du vieux fat revenu de tout) convient toute une pléiade d’acteurs venus compléter judicieusement la liste des habitués des castings Jabac (surnom que leur a affectueusement octroyé Alain Resnais). On retrouve avec bonheur Kévin Azaïs, l’une des valeurs montantes du cinéma français qui apporte sa part d’authenticité à ce chauffeur de star confronté à l’affront d’une amitié feinte, ou Héléna Noguerra qui trouve enfin ici un rôle à sa mesure. Une mise en scène fluide, passant d’un espace à l’autre tout en maintenant les personnages dans un chassé-croisé permanent donne vie à un groupe aux aspirations multiples, propices à nous servir, entre bienveillance et sarcasme ; une comédie humaine bien sentie où chacun cherche avant tout à s’affirmer, même si ce doit être aux dépens des autres.

JPEG - 206.8 ko
 

Ecrit en période pré-électorale, alors que les extrêmes grimpaient aussi vite que la gauche dégringolait et que la droite s’enfonçait dans le marasme, ce film choral signe le désenchantement d’une génération post-soixante-huitarde qui croyait avoir éradiqué les démons en tous genres. Utilisant une ironie toujours dénuée de jugement et de méchanceté et parfois même teintée de romantisme pour témoigner de son époque, ce tandem de fins observateurs fait preuve d’un tendre optimisme et choisit de clore son récit par une pirouette aux allures de conte de fées social. Encore une bonne recette sortie tout droit de la cuisine des Jabac !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *