Good Time

 

Good Time

 

Un braquage qui tourne mal… Connie réussit à s’enfuir mais son frère Nick est arrêté.
Alors que Connie tente de réunir la caution pour libérer son frère, une autre option s’offre à lui : le faire évader. Commence alors dans les bas-fonds de New York, une longue nuit sous adrénaline.

Good Time est un film efficace, franc et direct, un geste ramassé et tendu, mais aussi une œuvre à plusieurs facettes. 

Les frères Safdie, jeunes cinéastes surdoués, offrent à l’ex-star de « Twilight » un thriller poignant dans lequel il est méconnaissable et formidable.

C’est rare, les films qui vous scotchent à votre fauteuil et aimantent chaque parcelle de votre cerveau jusqu’à vous donner l’impression d’être en apnée. « Good time » est de ceux-là. Ce thriller raconte la fuite d’un homme dans les quartiers glauques de New-York après un braquage qui a mal tourné. Sélectionné au festival de Cannes, il n’a pas remporté de prix dans la compétition officielle, mais a fait beaucoup parler car Robert Pattinson, qui incarne le héros, y est impressionnant. Cheveux noirs et gras, visage barré de petites cicatrices, regard ahuri, l’ex-star de « Twilight » hypnotise le spectateur par sa présence fiévreuse.

Si la performance du comédien de 31 ans justifie à elle seule d’aller voir ce film, ce n’est pas l’unique atout de « Good time ». Le tour de force de ce thriller est de maintenir le spectateur sous adrénaline du début à la fin en donnant à ce road-trip des allures de trip sous acide. Tourné quasi-intégralement de nuit, le long métrage est éclairé de lumières fluo, accompagné d’une musique expérimentale ensorcelante et ponctué de rencontres improbables (une gamine paumée, un dealer…), de moments drôles et d’éclats de violence. Derrière cette bombe cinématographique se cachent les frères Joshua et Ben Safdie, que Robert Pattinson a lui-même contactés après avoir vu une simple photo de leur précédent long métrage.

Un duo de réalisateurs très demandé

 

« On lui a dit qu’on voulait faire un film de genre vraiment flippant et on a écrit le scénario pour lui », raconte Ben Safdie. Les Safdie sont des surdoués new-yorkais de 33 et 31 ans, élevés par un père qui captait le moindre de leurs mouvements avec sa caméra amateur. « Il a planté des graines », assure Joshua. Aujourd’hui, les frangins préparent une série télé et un film produit par Martin Scorsese. « On fait beaucoup de choses », lâche nonchalamment ce duo de hipsters déjà très demandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.